Les origines d'une pratique artistique du massage

Dr Johan Georg Mezger (1838 - 1909) - source : Wikimedia Commons

Le massage suédois en héritage

Comme bien souvent dans l’histoire moderne du massage en Occident, tout commence par le massage suédois. De la description de sa gestuelle par Per Henrik Ling en 1813, suivie de la spécification de ses techniques par Johan Georg Mezger quarante ans plus tard, jusqu’à son enrichissement par de nombreux médecins et sa diffusion à travers l’Europe puis aux Etats-Unis dès la fin du XIXème siècle [1,2], le massage suédois est devenu le socle technologique de presque tous les types de massage conçus en Occident durant le siècle suivant, exception faite évidemment des approches purement énergétiques (polarity, touch for health, etc.) [3].

Dr Ita Wegman (1876 - 1943) - source : Weleda

Le massage rythmique d'Ita Wegman

Cela vaut ainsi pour le massage reposant sur les concepts ésotériques de l’Anthroposophie : le massage rythmique. Le massage rythmique fut élaboré en 1921 par la Dre Ita Wegman (1876 – 1943), grande prêtresse de la médecine anthroposophique. Cette philosophie occulte fondée dix ans plus tôt par Rudolph Steiner (1861 – 1925) et s’inspirant des écrits de Goethe, étend sa doctrine jusqu’au domaine de la santé en l’appuyant sur des croyances pseudo-scientifiques [12]. L’une d’entre elles est la représentation tripartite du corps humain : le corps physique, minéral, matériel et inerte ; le corps éthérique, fluidique et liquidien, constitué de l’ensemble des forces vitales ; et enfin le corps astral, gazeux, auquel nous devons notre conscience psychique. A ces 3 composantes de l’être s’ajoute le Je, l’imprégnation spirituelle de notre propre individualité, émanation de chaleur. Le massage rythmique d’Ita Wegman s’attache donc à respecter ce principe en se polarisant sur la tri-articulation fonctionnelle de l’être humain : le système neurosensoriel (cerveau et nerfs), le système rythmique (poumon et circulation sanguine) et le système métabolique. Ainsi, ses techniques en lemniscate (en forme de 8), empruntées au massage suédois (effleurages, pétrissages, frictions, etc.), chercheront à relier ou dissocier les quatre éléments constitutifs de l’être humain en harmonisant les rythmes biologiques du corps : les mouvements respiratoires, les pulsations cardiaques, la conduction nerveuse, la circulation du sang, de la lymphe et du liquide céphalo-rachidien, l’activité sécrétoire des glandes et organes…. [8,9,10]. Alors l’on peut se demander où se cache l’aspect artistique dans la pratique de ce massage thérapeutique ! Elle y est pourtant entièrement baignée car suivant les préceptes anthroposophiques, le massage rythmique s’adresse autant aux corps physique et éthérique qu’au corps astral et au Je, autrement dit à l’âme et à l’esprit [11], au psychisme et à la spiritualité, à la fois source et destinataire de toute œuvre artistique. C’est dans cette volonté d’éveil de la conscience émotionnelle et spirituelle que Rudolph Steiner chargera Ita Wegman de développer de nombreuses formes d’art-thérapie au sein de sa clinique d’Arlesheim, en Suisse [5]. La sculpture, la peinture, la musique, la danse (avec l’eurythmie) et donc le massage rythmique aident ainsi le patient à se recentrer sur son corps astral et son Je.
Dr Margarethe Hauschka (1896 - 1980) - source : Margarethe Hauschka Schule

Le massage artistique de Margarethe Hauschka

A cette époque, l’assistante la plus fidèle d’Ita Wegman se nomme Margarethe Hauschka (1896 – 1980). Cette docteure allemande poursuit les travaux d’Ita Wegman après sa mort, et de retour dans son pays natal, ouvre à Boll, en 1962, l’Ecole de Thérapie et de Massage Artistiques [6]. Elle y dispensera une formation en droite ligne de l’enseignement de son égérie, construite autour de cette intention artistique accompagnant la pratique du massage et autres thérapies psycho-corporelles. « Car il s’agit de réhabiliter une technique (le massage classique) pour en faire un Art, ce qui ne signifie rien d’autre que comprendre le corps physique et les conséquences de sa manipulation sur le corps éthérique et les structures immatérielles supérieures de l’être » [4]. En témoigne également son ouvrage, Le Massage rythmique selon Ita Wegman (1972), dans lequel Margarethe Hauschka décrit les mouvements de base de la façon suivante : « ces formes originelles peuvent être utilisées telles quelles, ou bien être modifiées pour des traitements particuliers. Cela apporte à la méthode un certain élément artistique puisqu’elle n’est comparable qu’aux phénomènes musicaux des motifs et de leurs variations. Les formes fondamentales correspondraient aux motifs, les traitements visés en particulier aux variations. » Et d’ajouter plus loin : « il faudra toujours veiller à ce que le déroulement d’une forme de base se fasse de manière continue, de sorte que l’ensemble apparaisse telle une unité organique, comme une composition musicale avec prélude et accord final. » Ce rapport à la musique se retrouve particulièrement dans les manœuvres d’effleurage que l’auteure conseille de débuter sur les bras « selon un rythme ternaire ». Evoquant les différentes qualités de la technique, Margarethe Hauschka nous révèle qu’elles « s’appréhendent plus aisément à partir d’une approche artistique, ce qui donnera au mouvement quelque chose de musical ou de coloré. » Et de préciser qu’à la suite des aérages, « il faudra en quelque sorte, à partir du sens musical, poser un accord final, qui pourra être un effleurage court ou toute forme accentuée avec lenteur » [7]. Margarethe Hauschka nous livre ainsi certainement la première conception artistique de la pratique du massage dans le monde. Une conception artistique qui, à l’image de l’eurythmie, place la musique au cœur des mouvements de massage. Mais dans ses écrits, Hauschka tient à nous expliquer cette notion de musicalité : « Masser rythmiquement ne signifie rien d’autre que pratiquer ses pétrissages et ses effleurages selon un mouvement dont le tempo et la continuité s’inspirent de l’image de l’homme, c’est-à-dire de manière musicale. La musique est le reflet terrestre de forces organisatrices cosmiques. […] Si nous imprégnons nos mouvements de musicalité, sans simplement additionner nos manipulations mais en en faisant une composition globale, nous baignerons le traitement dans une atmosphère propice à la vie. Mais toutes ces indications ne devront pas conduire à les utiliser de manière désinvolte ; il s’agit plus de caractériser la manière d’appréhender l’œuvre artistique divine, le corps physique humain, afin de le comprendre bien mieux et plus profondément à partir du sens artistique, que de procéder purement scientifiquement selon la mesure, le nombre et le poids. Il serait tout à fait trivial et le signe d’une grossière méconnaissance de ce dont il est question, que de s’appuyer sur une musique extérieure » [7]. Autrement dit, le massage rythmique et artistique d’Ita Wegman et Margarethe Hauschka s’intéresse à la musique du corps et de l’âme, celle que l’on ressent mais que l’on ne peut entendre.

 

Bibliographie

  1. BECK Mark – « Historical overview of massage », Theory & practice of therapeutic massage, ed. Cengage Learning (Boston, USA), 2017.
  2. CALVERT R. N. – « Nineteenth-century : Massage in gymnastics and movement therapy », The History of Massage, Healing Arts Press (Rochester, USA), 2002.
  3. FRITZ S. – « Historical perspectives », Mosby’s Fundamentals of Therapeutic Massage, ed. Elsevier (6ème ed. ; St Louis, USA), 2017.
  4. HAUSCHKA M. – « Das Wesen der Massage », Ärzte-Rundbrief der Ärztegruppe der Anthroposophischen Gesellschaft Stuttgart, vol. 2, n° 9-10, septembre-octobre 1949. (source : https://www.margarethe-hauschka-schule.com/rhythmische-massage.html, traduit par Florent Deles)
  5. HAUSCHKA M. – « Formative process », Fundamentals of Artistic Therapy, founded upon Spiritual Science, ed. Rudolf Steiner Press, 1978.
  6. HAUSCHKA M. – « Développement et finalité », LE MASSAGE RYTHMIQUE SELON ITA WEGMAN, ed. Triades, 2016 (traduction de la 1ère édition de 1972 par René Wisser).
  7. HAUSCHKA M. – « Le rythme », LE MASSAGE RYTHMIQUE SELON ITA WEGMAN, ed. Triades, 2016 (traduction de la 1ère édition de 1972 par René Wisser).
  8. LAYER M. & al. – « The four bodies », Handbook for Rhythmical Einreibungen, ed. Temple Lodge, 2006.
  9. LAYER M. & al. – « Functional threefoldness in the human organism », Handbook for Rhythmical Einreibungen, ed. Temple Lodge, 2006.
  10. Coll. – « Anthroposophie, biodynamie, médecine, éducation : une ambition ésotérique globale ? », AFIS Science (www.afis.org), 1er février 2020.

  11. Coll. – « Massage Rythmique », VRMS (www.vrms.ch), 2021.

  12. KRIVINE J.P. – « La médecine anthroposophique », AFIS Science (www.afis.org), 6 février 2020.

Texte : © 2021 Florent DELES. Toute référence à cet article doit porter la mention : "DELES Florent - « L'Histoire du massage artistique : les origines d'une pratique artistique du massage  », Massage artistique & Massographie (www.massage.art), 2021".